Jean-Claude sort de chez le dentiste. L'Assurance Maladie ne rembourse que 60 % de la consultation chez ces professionnels de santé. ©Jules Joué

Pour les retraité·es, se soigner devient un luxe 

En France, la santé est la préoccupation majeure des retraité·es.  Pour celles et ceux qui vivent avec des revenus modestes, il est difficile d’avancer le coût des soins non remboursés par la Sécurité sociale.

« J’ai plein d’amies dans mon club de marche qui ont des difficultés à se soigner à cause de leur petite retraite », raconte Huguette, âgée de 64 ans. Munie de son parapluie à fleurs, elle est venue soutenir plus d’une centaine de retraité·es mobilisé·es ce mardi 26 mars 2024 à Bordeaux

Parmi elles et eux, Jacques, 74 ans, à la retraite depuis dix ans. Il lui est déjà arrivé de ne pas se soigner à cause de ses faibles revenus. « Je reconnais que de temps en temps j’ai dû faire des concessions sur ma santé pour vivre de manière décente. Aujourd’hui, tous mes soins ne sont pas prescrits et ça me coûte cher d’acheter certains médicaments », déplore-t-il. Pour les retraité·es, les traitements les plus communs sans ordonnance sont dentaires, ophtalmiques et orthopédiques. Face à cette situation, les revendications de l’intersyndicale sont claires : une Sécurité sociale couvrant 100 % des soins. 

Les personnes âgées paient davantage