Le gouvernement réagit aux tweets du président Trump

Avant, pendant et après sa visite en France, Donald Trump s’est fendu de plusieurs tweets pour tacler la politique européenne. Le président des Etats-Unis ne s’est pas privé de critiquer son allié français en pleine commémoration des attentats du 13 Novembre. Hier soir M. Trump s’en est pris directement à la côte de popularité d’Emmanuel Macron tout en pointant le taux de chômage français.

Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement vient de déplorer le manque de « décence élémentaire » de la part du président au tweet facile. Lors d’une conférence de presse, M. Griveaux s’en est pris frontalement – et en  « franglais » – à M. Trump : « C’était le 13 novembre. Nous commémorions l’assassinat de 130 de nos compatriotes il y a trois ans à Paris et Saint-Denis. Donc je vais répondre en anglais : “common decency” aurait été de bon aloi ». Selon le porte-parole : « le président a rappelé effectivement, comme il avait déjà eu l’occasion de le dire sur un grand média américain (CNN) que la diplomatie ne se faisait pas à coup de tweet mais dans les discussions bilatérales ».

A peine rentré de Paris Donald Trump a attaqué la proposition de son homologue français de créer une armée européenne. Les Français « commençaient à apprendre l’allemand à Paris avant que les Etats-Unis arrivent » a ironisé le chef de la plus grande puissance mondiale . Une référence à l’occupation nazie très peu diplomatique selon Le Monde, et qui passe mal au lendemain d’une cérémonie qui célébrait la paix retrouvée entre les Alliés.