La lutte contre la transphobie, de Twitter au commissariat