Les changements, c’est maintenant ?

Crédits : photo originale de Jean Castera adaptée par Fred Augry.

Tant du point de vue écologique, sanitaire que politique, l’heure est à la crise, pour le meilleur comme pour le pire… La Région innove, non sans difficultés pour des transports plus verts, le Ségur de la Santé continue sa route chaotique et Alain Rousset se retrouve sur la sellette.

“La température monte dans le débat climatique qui sera, personne n’en doute, un des plus chauds de la présidentielle de 2022”. C’est ainsi que commence l’édito du journaliste Christophe Lucet dans l’édition de Sud Ouest d’aujourd’hui. Il évoque la dernière conquête de Marine Le Pen : le changement climatique. Elle a présenté hier son nouveau programme écologique, territoire inexploité de son parti, le Rassemblement National. Ce qui promet une belle bataille.

Voilà qui donne des idées à d’autres acteur.rices de la région Nouvelle Aquitaine. Le site internet de France Bleu Gironde parle d’une “étude inédite en France” réalisée par l’IFOP. Cette étude montre que les Bordelais.es ont préféré les mobilités douces durant cette année de pandémie, au détriment de la voiture. On apprend dans TV7 ce matin que 22% des habitant.es de la Métropole ont changé leurs habitudes de déplacement. L’utilisation de la voiture a diminué de 7% depuis le début de la crise sanitaire. 

Cette tendance a été remarquée par le vice-président de la Métropole Clément Rossignol-Puech, qui se réjouit dans les colonnes de Rue 89. De nouveaux couloirs bus-vélos et pistes cyclables vont être déployé.es dans Bordeaux et représenteront 70% du linéaire des boulevards d’ici l’été prochain. Appelées initialement “coronapistes”, ces nouvelles voies sont appelées à être encore développées et pérennisées.

Mais ce n’est pas tout. Sur la route des vacances, quelques changements. C’est ce qu’annonce en Une, Sud Ouest : pour pallier l’affluence sur la route Bordeaux-Arcachon, l’Etat veut mettre l’A6 à 2×3 voies de Bordeaux à Salles. Et passer la voie rapide vers Arcachon en autoroute, avec péage. 

Capture d’écran de la Une de Sud Ouest du 10/03/2021

Ne nous arrêtons pas en si bon chemin : Sud Ouest nous avertit sur un possible “travel pass” développé pour réouvrir les frontières. Ce passe-droit aérien est proposé par l’association Internationale du Transport Aérien (Iata), avec une application dès la semaine prochaine et un déploiement officiel prévu pour fin mars. 

Retour sur terre avec le vacci-bus, qui va sillonner les routes des communes de La Pouyade et de Tizac de la Pouyade jusqu’au 7 mai, pour aller à la rencontre des plus de 75 ans qui habitent encore trop loin des centres de vaccination. Sud Ouest et TV7 nous apprennent également que les 4 000 personnes des 109 Résidences Autonomie pour seniors de Gironde recevront quant à eux sur place leur premier vaccin dès aujourd’hui.  

La santé avant tout !


Et dans la crise sanitaire que nous vivons, le Ségur de la santé continue sa route ! 19 milliards d’euros sont investis pour les hôpitaux et Ehpad, dont plus d’1 milliard sur la Nouvelle-Aquitaine. Ce deuxième volet a été signé mardi dans la Nièvre par Jean Castex, précisant que “les ressources doivent être correctement réparties”. L’objectif, toujours : remédier aux maux de notre système de soins, devenus d’autant plus préoccupants depuis la crise sanitaire. 

Plongée dans les couloirs de Pellegrin, en première position parmi les 50 meilleurs hôpitaux publics de France, selon le classement 2019 du Point. Il est pourtant en piteux état, avec des boxs “obsolètes”, sans “toilettes”, et des “rideaux moches en guise de paravent”. Les occupant.es de l’hôpital espèrent une prochaine reconstruction rapide des urgences du CHU de Bordeaux sur ses trois sites, à Pellegrin, Saint-André et Haut Levêque. 

Le premier ministre, Jean Castex, a d’ailleurs pointé du doigt les Agences Régionales de Santé (ARS), responsables de la pénurie de masques au début de la crise sanitaire, et qui devraient associer plus étroitement les élu.es locaux. Sur ce sujet, le président de la région Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset se positionne déjà dans la course aux régionales, en proposant de récupérer la compétence santé et les ARS. Mais c’était sans compter sur un retournement de situation, qui fait trembler tout le sud ouest…

Et le grand gagnant est…

Alain Rousset ! Le chef de la Région est visé par une plainte pour “détournement de fonds publics” lors de sa campagne régionale de 2015. Un ancien collaborateur de son cabinet, David Angevin, a porté plainte contre X, dénonçant l’utilisation de moyens de la collectivité par le président-candidat à des fins personnelles, a-t-on appris dans le magazine Marianne ce lundi. Rue89 Bordeaux ajoute que l’ex-collaborateur avait été licencié par la Région en 2020 pour “insuffisance professionnelle” notamment. David Angevin a contesté ce licenciement devant le tribunal administratif.  

Forcé de réagir à ces accusations, Alain Rousset a formellement démenti les faits hier au micro de France Bleu Gironde. “La Région est une maison de verre où tout se sait. Et puis nous avons adhéré à l’ONG Transparency International (qui vérifie les comptes des institutions publiques et des Etats) et elle n’a rien trouvé pour le moment”.

En soutien, François Poupard, directeur général des services du conseil régional, promet de veiller “personnellement pour la campagne à venir”, même s’il admet qu’on “ne peut jamais garantir à 100% une étanchéité totale”.  

Affaire à suivre… 

Philippine Thibaudault et Emma Saulzet