11 novembre : Le président serbe Aleksandar Vucic vexé de l’accueil

Aleksandar Vucic dit avoir eu « la gorge serrée » lors de la cérémonie de l’Armistice de la Première guerre mondiale. La faute à l’émotion ?
Pas vraiment, puisque le chef d’Etat vient de se plaindre du traitement qui lui a été réservé dimanche, place de l’Etoile. Il était en effet assis dans une autre tribune à l’écart de ses homologues russes, américains, allemands, et kosovars, etc. Un détail qu’a très mal pris le président serbe placé derrière le couple princier de Monaco.

« Il me semble que je regardais tout le temps le sol et l’écran, ne croyant pas ce que j’étais en train de voir devant moi et sachant le sacrifice fait par le peuple serbe dans la Première guerre mondiale » a-t-il dit.

De son côté, la diplomatie française explique avoir voulu traiter le président Vucic « avec tous les égards dus à son rang » compte tenu de  l’ engagement de la Serbie dans la Première guerre mondiale.

Quelques heures après les cérémonies à Paris, un monument symbolisant l’amitié entre la France et la Serbie a été vandalisé à Belgrade.Il faut savoir que la population de la Serbie est celle qui  a proportionnellement enregistré le plus grand nombre de morts entre 1914 et 1918, tandis que les trois quarts des hommes de l’armée de ce pays ont été tués ou blessés.

La diplomatie c’est aussi l’art du placement.