Soldats tués, agriculteurs exaspérés et remous politiques à l’hôtel de ville bordelais

Ce 27 novembre est une journée sous tension. Au Mali, sur les autoroutes françaises ou à l’hôtel de ville de Bordeaux, l’émotion est vive et des débats politiques sont relancés.

Treize militaires français tués au Mali 

Un soldat face à un hélicoptère enseveli sous la brume. Ce matin, Sud Ouest a choisi une photo de une poignante pour illustrer le drame de lundi soir. A l’est du Mali, deux hélicoptères français sont entrés en collision à cause d’un manque de visibilité. Treize morts, sept du régiment de Pau, dont deux ordinaires d’Arcachon. L’émotion est palpable dans les colonnes du quotidien où se confie le père de Romain Salles-de-Saint-Paul, l’une des victimes. Son fils avait quitté l’immobilier pour sa vocation, l’armée. Dans un édito, le reporter Christophe Lucet revient sur les conditions dans lesquelles travaillent les 4500 militaires déployés au Sahel pour lutter contre les jihadistes.« Les soldats de barkhane, presque seuls en première ligne, ont l’impression de devoir vider le désert à la petite cuillère. » Hier, François Bayrou, le maire de Pau a rendu hommage aux victimes. Une cérémonie est prévue lundi aux Invalides.

Des tracteurs à Paris

Six heures du matin et déjà une marée de tracteurs en direction de la capitale. Le journaliste Rémy Buisine s’est levé tôt pour lancer un live tweet aux côtés des 10 000 agriculteurs manifestants. Pour les plus pressés, France Info a synthétisé leurs revendications en trois points : « pour leur sécurité, une concurrence loyale et un revenu décent ».

Démission de Jean Louis David, 5e adjoint de Nicolas Florian

Hier, le 5e adjoint au Maire de Bordeaux a démissionné de ses fonctions. Officiellement,  l’élu parle de « désaccords sur la campagne menée par Nicolas Florian » à quatre mois des municipales.

France Bleu Gironde y perçoit d’autres motivations. Celui que Juppé appelait son « adjoint à tout » était censé « repartir pour un tour ». C’est la lenteur déployée par Nicolas Florian pour constituer sa liste électorale et son désir affiché de renouvellement qui aurait peut être, selon la radio, contrarié l’élu en poste depuis 1989.

La Gironde trop touchée par les agressions transphobes et homophobes

crédits :  www.quotecatalog.com/quotes/inspirational 

Rue 89 Bordeaux a lancé hier soir un dossier sur l’homophobie. Une enquête nécessaire alors que la Gironde ferait partie des « cinq départements les plus touchés par les agressions transphobes et homophobes », selon le président de l’association LGBT FLAG!. 

Léa Surmaire