Constat : ras-le-bol. Solution : humour

Les pannes de tram et les embouteillages permanents sur la rocade ont souvent raison des nerfs des riverains. Armand et Vincent, deux Bordelais, ont créé chacun de leur côté un compte Twitter pour signaler avec humour ces problèmes de circulation. TBMème et le Front de Libération Bordeluche n’entendent pas révolutionner la politique des transports bordelais. Leur but ? Faire sourire les usagers agacés, et c’est déjà une belle conquête. 

Armand est victime des problèmes de circulation dans la ville, comme les 1514 abonnés de son compte Twitter. A force de subir les pannes de tramway, ce quarantenaire a eu l’idée de créer un compte pour parodier celui de TBM. TBMèmeest né. La description de la page Twitter donne le ton : « Le tram de Bordeaux : tous les jours un incident nouveau ».  

« En septembre 2018, j’ai créé ce compte pour raconter le quotidien d’un usager du tram. Entre la pluie, les feuilles mortes qui occasionnent des ralentissements voire des pannes, c’est devenu difficile de circuler… Je suis anti-voiture et je trouve que dans une ville comme Bordeaux, on a plein de solutions pour s’en passer : vélos, trottinettes, tram. J’aimerais tellement pouvoir compter sur le tram pour faire mes trajets sereinement à chaque
fois. » D’après Armand, les employés du réseau TBM suivent ses tweets et les prennent en compte… mais ils ne sont toujours pas à la hauteur. 

Le Front de Libération Bordeluche pour défendre Bordeaux face à sa muséification

« Bordeaux ? Un monstre qui échappe à son maître. » Vincent, 30 ans, est co-créateur du compte Twitter Front de Libération Bordeluche et il est formel : il y a de vrais dysfonctionnements des transports dans cette ville. « Bordeaux est une ville très en retard qui a grandi beaucoup trop vite et les aménagements ne suivent pas. »

Capture d’écran du compte Twitter Front de Libération Bordeluche

Depuis 2 ans, près de 5000 abonnés se retrouvent quotidiennement pour recevoir une dose de bonne humeur. La page Twitter est un espace consacré aux nouveaux et anciens Bordelais qui sentent que leur ville s’essouffle. « Parmi les gens qui nous suivent, on a beaucoup de personnes qui ont connu l’époque d’un Bordeaux un peu crado, pas très attirant… Bordeluche est un clin d’œil à ces anciens Bordelais, habitants des quartiers populaires comme Saint-Michel et nostalgiques des temps où Bordeaux n’était pas une ville musée. » 

Nostalgiques, les Bordelais le sont aussi du temps où la circulation routière était fluide… Depuis 5 ans, la saturation est devenue intenable et les tramways n’apportent pas de réponse adéquate. Pour Vincent, le réseau de transport TBM est devenu cible des railleries. « Je me suis souvent amusé de l’interruption quasi-quotidienne du tram sur la ligne B entre les arrêts Saint Nicolas et Peixotto. On a fait beaucoup de tweets à ce sujet, à tel point qu’à la longue, ces dysfonctionnements ne sont même plus drôles. » L’objectif de ce compte sans prise de tête est de signaler avec humour tous les problèmes qui touchent la métropole. Mauvais temps entraînant la perturbation du tramway, embouteillages sur la rocade ou augmentation du prix de l’immobilier sont autant de sujets abordés. 

Des tweets pour garder les pieds sur terre

« Depuis près de 4 ans, on assiste à la « Bordeaux mania » : partout on nous raconte qu’il fait bon vivre à Bordeaux, que c’est une ville très attractive… Avec le deuxième administrateur de notre compte Twitter, un autre Vincent, nous n’en pouvons plus. Bordeaux, ce n’est pas seulement ça. Les politiques de rénovation et d’embellissement de la ville ont accéléré l’exclusion d’une partie de la population. Alors, nous avons décidé de répondre à cette exaspération par l’humour.»

L’humour est certainement la bonne réponse. A voir l’engouement suscité par la publication épinglée du Front de Libération Bordeluche.

Édith Rousselot