Loi Asile et immigration : la division règne

En ce lundi 23 avril, la répression est le mot d’ordre. Le projet de loi Asile et immigration a été adopté hier soir à l’Assemblée , tandis que les zadistes de Notre-Dames-des-Landes voient planer le risque d’une nouvelle évacuation forcée du site. Ailleurs dans l’actualité, le verdict du procès de Salah Abdeslam est tombé ce matin, le dernier membre vivant du commando des attentats du 13 novembre est condamné à vingt ans de prison ferme.

C’est un projet de loi source de vives tensions et divisions qui a été voté hier soir à 23 heures à l’Assemblée Nationale. Le texte de loi « pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif et une intégration réussie », a  été adopté avec 228 voix pour, 139 voix contre et 24 abstentions. Parmi celles-ci, 14 députés de la majorité LREM. Le député marcheur Jean-Michel Clément est le seul de son groupe à avoir voté contre, à l’inverse de la consigne collective. Il a dans la foulée annoncé qu’il « prenait congé » du groupe parlementaire LREM, faisant de lui un des premiers « frondeurs » du parti présidentiel.

 

Le journal Libération souligne les débats houleux relatifs à la loi Asile et immigration (capture d’écran site web libération.fr)

La rétention sera pour lui de vingt ans de prison ferme. Salah Abdeslam, dernier membre en vie du commando des attentats du 13 novembre, a été reconnu coupable par la justice belge. Celle-ci a tranché dans la matinée sur sa condamnation pour « tentative de meurtre à caractère terroriste ». Aucune circonstance atténuante n’a été retenue en sa faveur ou en celle de son complice Sofiane Ayari, deux hommes qui ont montré « un complet mépris pour la vie d’autrui ».

Autre arrestation : l’homme à l’origine de la fermeture temporaire du mont Saint-Michel hier matin. Il avait proclamé son envie de « tuer des flics ». Cet homme de 36 ans est connu des services de police pour trafic de stupéfiants et conduite sans permis. Arrêté à Caen, il a été mis en garde à vue. Le Préfet de la manche Jean-Marc Sabathé rappelait dimanche : « ce n’est en rien une attaque terroriste, ni une attaque menée par une bande organisée ».

Le risque d’une nouvelle évacuation musclée se profile à Notre-Dames-des-Landes. Les occupants de la ZAD avaient jusqu’à aujourd’hui pour déposer des dossiers de projets agricoles ou artisanaux.

Dernière chance pour les zadistes de NDDL? (lemonde.fr)

Une quarantaine ont été déposés la semaine dernière en préfecture. Vingt-huit projets agricoles vont être évalués aujourd’hui à la chambre de l’agriculture des Pays de la Loire. Les occupants gardent espoir, l’Etat pourra éventuellement signer des baux précaire sur le site de 1 650 hectares, dont 270 doivent être attribués par l’Etat. Après la destruction de 29 squats la semaine dernière, il reste une soixantaine d’habitats précaires. Edouard Philippe a rappelé que « les occupants illégaux (…) quitteront les lieux » s’ils ne régularisent pas leur situation. La préfète des Pays de la Loire avait rappelé vendredi que les projets déposés ne créent « aucun droit ». Une évacuation forcée est donc envisageable, les zadistes se disent prêts à une « grande mobilisation dimanche prochain ».

Les cheminots quant à eux, restent mobilisés. Ils entament leur cinquième journée de grève à la SNCF. Jusqu’au mercredi 25 avril à 7h55 précise , le trafic ferroviaire sera perturbé : deux TGV sur cinq, trois Transiliens sur sept. Air France et la SCNF font grève en même temps, c’est une première. Guillaume Pépy, PDG de la compagnie ferroviaire, assure que « la grève s’érode » : 60% de conducteurs de train en grève, « beaucoup moins qu’au début ». Les syndicats contestent ces chiffres. Interrogé par l’AFP, un militant de SUD-rail affirmait que les conducteurs grévistes « frôlaient les 80%.  60% chez les mécanos ».

Emmanuel Macron va quant à lui profiter d’un voyage transatlantique sans entraves ces trois prochains jours. Pour sa première visite officielle aux Etats-Unis, le président français tente d’afficher une entente cordiale avec son homologue américain. Accompagnés de leurs épouses, tous deux dîneront lundi soir dans la maison de George Washington, le premier président des Etats-Unis. Mardi, plusieurs sujets sensibles seront sans doute discutés à la Maison Blanche : accord sur le nucléaire iranien, intervention militaire en Syrie ou encore le réchauffement climatique et le retrait de l’accord de Paris des Etats-Unis. Mercredi, pour clore sa visite, le président français prononcera le traditionnel discours devant l’ensemble du Congrès.

 

Taline Oundjian