Le Joué : la technologie en circuit court

Pascal Joguet crée du plaisir. Ce Bordelais a inventé le Joué, un objet dédié à la musique électronique. Son but est de faire jouer de la musique de manière simple et intuitive. Le lancement s’est fait la semaine dernière à l’espace Darwin. Le choix de rester à Bordeaux s’inscrit dans les valeurs de la jeune société : faire un produit technologique en circuit court. 

À Bordeaux, rive droite, l’épicerie de Darwin réchauffe les corps humides et sèche les imperméables. Pascal Joguet, le penseur du Joué, arrive, grand sac à dos noir sur les épaules. Il repère une connaissance sur une table voisine, lui sourit et la salue. Il s’assoit au bout d’un canapé moelleux en cuir vert. De son sac, le quarantenaire passionné de musique et de technologie, sort son bébé, son invention : un rectangle lisse, fin et plat. Ce dernier se branche à un ordinateur, une tablette ou un smartphone pour créer de la musique électronique.

Pascal Joguet propose une analogie pour expliquer le principe : « C’est comme une console de jeux vidéos : la manette c’est le Joué et en face il faut des jeux, les logiciels ». Sa création est donc une « manette » pour faire de la musique électronique de manière simple, ludique et expressive. Le but est de donner de la vie, de la matière et des gestes aux sons, dans le domaine assez fermé de la musique électronique.

Pascal Joguet nous fait découvrir son Joué. Crédits C.Boniteau

Le Joué est composé de deux parties. La base ressemble à une planche à fromage ou à sushi. Sur cette planche, des modules mobiles se posent, se déplacent et s’inter-changent. Bleus, jaunes, violets, verts … ces pads en silicone coloré font du Joué un objet récréatif et accessible. Pascal Joguet, pédagogue, compare : « C’est la même matière que les moules à gateaux en cuisine ». Sous les doigts, formes et reliefs glissent. Tout est organique, élastique, et sensuel. Redonner vie aux sens anime Pascal Joguet : « Le toucher c’est primordial pour un musicien, c’est ce qui donne l’intention. »

L’idée vient d’un rêve, une nuit où Pascal Joguet ne trouvait pas le sommeil. Ce mordu de technologie a toujours voulu proposer des nouveautés aux artistes. Le problème existe depuis 20 ans dans la musique électronique. L’inventeur constate : « Quand le mec arrive sur scène, il est derrière son ordi et on se sait pas ce qu’il fait. Il lance un mp3 ? Il fait vraiment quelque chose ? Il lit ses mails ? ».  Mais cette invention naît surtout d’une frustration. La frustration de se faire dépasser par des appareils numériques et électroniques complexes quand on veut faire de la musique électronique. Pianiste de formation, Pascal Joguet avait envie de rejouer de la musique au sens primaire du terme. Il complète : « Taper sur des tambours, tordre une corde, il faut retrouver des gestes très naturels pour faire de la musique avec des sons modernes. Et ça, n’importe quel enfant peut le faire ! »

 

 

Sous sa barbe de trois jours, Pascal Joguet a des airs de philosophe. Il parle de simplicité, de bonheur et de plaisirs partagés. L’idée de Joué a germé au printemps 2015 dans sa tête. Mais la graine a poussé quand il s’est associé avec Guillaume Martin et Arnaud Rousset pour co-fonder la société. « Guillaume c’est l’électronique, l’intelligence de Joué. Arnaud c’est la conception 3D et la réalisation. » Et lui, c’est le chef d’orchestre, il coordonne. Pascal Joguet veille à ce que ses valeurs, l’humain, le local, le responsable, se retrouvent dans son Joué.

 

 

Charlotte Boniteau