La Clarté : lever de rideau sur le handicap

Bordeaux accueille les 25 et 26 mars prochains la neuvième édition des Abilympics, championnats du monde des métiers des personnes handicapées. L’occasion pour Imprimatur de présenter La Clarté, un documentaire mettant en scène des comédiens atteints de handicaps.

Pendant trois ans, Elodie Faria et Rémy Ratynska ont suivi la troupe de théâtre amateur L’Envol sur les routes de France. L’expérience leur a inspiré un documentaire, La Clarté, leur premier long-métrage. Depuis la création d’une pièce -inspirée de textes de Jean-Michel Ribes- jusqu’aux représentations, le film accompagne les apprentis comédiens. Leur particularité : tous sont atteints de handicaps. Fondée en 1988, l’Envol rassemble une vingtaine de passionnés de théâtre, résidents au centre d’habitat Haute-Roche en Vendée.

Bien sûr, il y a eu la crainte de les exposer au regard d’un public non habitué à ce type de handicap. La crainte, aussi, que les comédiens ne se sentent pas à l’aise face à l’intrusion des caméras. Mais Elodie Faria et Rémy Ratynska ont su se faire oublier, se fondre parmi les décors installés sur la scène. La lumière s’éteint, le rideau se lève, le silence se fait. Et soudain, il n’y a plus de handicap. Plus d’éducateurs. Seulement le théâtre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photos : Cinéode Distributions

Globalement, leur handicap n’est pas un frein à leur jeu d’acteur. Ils ne récitent peut-être pas leurs textes à la perfection, leur diction n’est pas exemplaire. Mais ils prennent beaucoup de plaisir, et ça se voit. C’est cette émotion qu’Elodie Faria et Rémy Ratynska ont voulu transmettre dans leur film. « On a vite gommé le handicap et on les a pris pour leurs qualités et leurs défauts », raconte la jeune réalisatrice bordelaise.

Une expérience très positive pour ce duo qui a placé le bien-être des comédiens au cœur de la création : « ils étaient ravis de se voir sur scène. Il n’y a pas d’apitoiement. Ils prennent plaisir à se voir et à voir l’évolution de leur travail ».

Auprès du public, l’accueil a également été chaleureux. En mai dernier, il a remporté le prix de la Première Œuvre lors du 35e Festival du Film de l’Acharnière de Lille. Diffusé pour la première fois en octobre 2015, le film reste assez confidentiel et n’a été retransmis que dans une vingtaine de salles de cinéma à travers la France.

Jeanne Travers