Cinq femmes, cinq trajectoires

femmes

À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, ce mardi 8 mars, Imprimatur lance une série de cinq portraits.

Rangez les roses et la galanterie. La Saint Valentin est passée et certains ont encore tendance à confondre… Aujourd’hui, c’est de lutte pour les droits dont on parle ! La célébration de cette journée restera tristement nécessaire tant que l’égalité homme-femme n’est pas atteinte. Et vu le travail qu’il reste à accomplir, il est bien malheureux de se cantonner à une simple journée.

Galvaudée, récupérée, la Journée des droits des femmes a parfois du mal à retrouver la force de son message initial. Presque de quoi faire oublier que la mobilisation est quotidienne, locale et n’attend pas le sacro-saint 8 mars. Les militant-e-s passent plus de temps à lutter contre les saillies sexistes sorties pour l’occasion qu’à faire bouger les lignes.

Cette année encore, la même rengaine ; du très maladroit « femme qui fait un métier d’homme » à l’énième émission « spécial femme » en passant, évidemment, par la récupération commerciale. Les temps sont plus au divertissement et à la consommation qu’à la lutte pour les droits et l’égalité.

A Imprimatur, on a donc décidé de donner la parole à cinq femmes, cinq trajectoires, aussi ordinaires qu’extraordinaires. Chaque jour, à 16 heures, retrouvez un portrait d’une madame Toutlemonde, d’une grande dame, d’une militante, d’une travailleuse, d’une citoyenne, jeune, âgée, bordelaise, mère, fille, peu importe… Retrouvez le portrait d’une femme avant tout.

La rédaction