Bien manger à portée d’étudiant

say "no" to unhealthy food

Face au reste de pâtes ou de fast-food de la veille, une petite voix parentale surgit dans la tête de nombreux étudiants: « Tu manges bien au moins ? » Aujourd’hui, on brise les clichés : bonne alimentation et vie étudiante sont conciliables.

Veggie, vegan, bio, équitable, local, healthy… Sur les menus de restaurants ou sur les étiquettes de produits, le profane peut s’y perdre ! Les logos, les appellations se multiplient et on en vient à râler, indécis, contre le discours moralisateur de notre ami végétarien. Et pourtant, il suffit de pas grand chose pour modifier efficacement ses habitudes alimentaires, sans faire hurler son banquier.

Mais bien manger, ça veut dire quoi ? Est-ce un doux mélange, savamment orchestré, de produits hors de prix? Est-ce plutôt manger cinq fruits et légumes par jour, comme le répète sans cesse le bandeau télévisuel de mangerbouger.fr ?

Pour Camille, blogueuse bordelaise passionnée d’écologie, bien se nourrir c’est avant tout « manger responsable » : « ce que l’on mange n’a pas seulement un impact sur notre corps, mais aussi sur notre environnement ». En privilégiant le local, les produits frais et de saison, le consommateur évite la longue chaîne industrielle. « Payer pour des produits locaux plutôt que pour des fraises espagnoles en décembre, ça a du sens ! » ajoute Camille. Encore faut-il connaître la bonne saison des fraises… Mais nul doute que c’est plus simple à apprendre que le Code pénal ou la mécanique quantique.

« Face à la crise agricole, on ne peut pas continuer à faire n’importe quoi. Les étudiants y sont de plus en plus sensibles : les fast-food, c’est écologiquement aberrant et hors de prix. » Manger local, responsable, voilà donc le début d’une bonne alimentation. « En plus, une nourriture saine a une influence directe avec notre concentration et notre mémoire » souligne la blogueuse. Et ça, pour un étudiant, c’est non négligeable.

Pour bien manger, il faut néanmoins se plier à certains principes : éviter le trop gras, le trop salé, le trop sucré. Sans être obligé de compter les calories, l’équilibre est un mot-clef : fibres, vitamines, protéines… « Et bien sûr, bio, si possible » poursuit Camille avant de nuancer : « Mais bien manger, c’est avant tout se faire plaisir !« 

Voici un petit tour de Bordeaux pour découvrir quelques bons plans, accessibles aux bourses étudiantes, pour manger frais à moindres frais.

Vincent Chevais